REPRISE DES NÉGOCIATIONS

Publié le Publié dans Discographie

reprise-des-ngociations-4ddbd1fecfe39Après avoir exploré les "Risques du métier" sur scène pendant près d'un an, Bénabar fait une pause, le temps de souffler, et de préparer un quatrième album .

Celui-ci sort le 24 octobre, s'appelle "Reprise des négociations" empruntant au langage du monde syndical, peut-être pour faire écho au précédant. Pour la première fois, Bénabar prend son temps pour peaufiner cet ouvrage en studio. Ainsi, il met trois mois pour accoucher de cet opus, lui qui a enregistré son premier album en une semaine, préférant partir en tournée à la rencontre du public (il a à son actif 350 concerts au compteur depuis 2002 !).

Dans "Reprise des négociations" on retrouve le chansonnier des "Risques du métier", mais celui-ci ne se contente plus de dépeindre ce qu'il a observé chez les autres. Bénabar parle de lui avec un "Je" (dans "Triste compagne" par exemple). Aussi, il investit par l'écriture l'univers de ce qu'a été son enfance avec des titres évocateurs comme "Maritie &Gilbert Carpentier", le premier simple, (du nom des célèbres producteurs d'émissions de variétés à la télévision française dans les années 70), dans "4 mur et un toit" ou encore dans "Tu peux compter sur moi", qui explore la complicité entre copains à l'âge de l'adolescence. Un album un peu plus introspectif donc, mais qui garde la même pêche que les précédant. Le succès est immédiat, dès sa sortie, l'album plafonne en tête des ventes. Celui qui symbolise "la nouvelle chanson française", est devenu avec les années une référence de la scène hexagonale.

En février 2006, Bénabar entame une grande tournée hexagonale, alors que les ventes de "Reprise des négociations" confirment le succès du chanteur : 300.000 exemplaires ont déjà été vendus ! Le public est également au rendez-vous dans les salles françaises, notamment au Folies Bergères de Paris, où Bénabar se produit du 22 au 28 février. Très tôt, les trois dates programmées du 6 au 8 juin au Zénith affichent complet. La tournée se poursuit, avec des escales pour les grandes rencontres de l'été : Printemps de Bourges le 1er mai, Solidays le 9 juillet, le festival breton de Terre-Neuvas le 7 juillet, les Francofolies de La Rochelle le 17 et le Paléo-festival de Nyon, en Suisse, le 22. Un programme estival très attendu par les fans du jeune parisien, qui sont nombreux à se déplacer pour découvrir "Reprise des négociations" sur scène.

La tournée s'achève le 30 novembre 2006 par un concert au Palais-Omnisport de Paris-Bercy. Au total, 750.000 personnes auront vu le chanteur sur scène lors de cette tournée.

http://www.rfimusique.com/


 

Le dîner

J'veux pas y'aller à ce dîner, j'ai pas l'moral, j'suis fatigué, ils nous en voudront pas, allez on n'y va pas. En plus faut que je fasse un régime ma chemise me boudine, j'ai l'air d'une chipolata, je peux pas sortir comme ça. Ça n'a rien à voir je les aime bien tes amis, mais je veux pas les voir parce que j'ai pas envie.

On s'en fout, on n'y va pas, on n'a qu'à se cacher sous les draps, on commandera des pizzas, toi la télé et moi, on appelle, on s'excuse, on improvise, on trouve quelque chose, on n'a qu'à dire à tes amis qu'on les aime pas et puis tant pis.

J'suis pas d'humeur tout me déprime et il se trouve que par hasard, y'a un super bon film à la télé ce soir. Un chef-d'œuvre du 7ème art que je voudrais revoir, un drame très engagé sur la police de Saint-Tropez. C'est une satire sociale dont le personnage central est joué par de Funès, en plus y'a des extraterrestres.

On s'en fout, on n'y va pas, on n'a qu'à se cacher sous les draps, on commandera des pizzas, toi la télé et moi, on appelle, on s'excuse, on improvise, on trouve quelque chose, on n'a qu'à dire à tes amis qu'on les aime pas et puis tant pis.

J'ai des frissons je me sens faible, je crois que je suis souffrant, ce serait pas raisonnable de sortir maintenant. Je préfère pas prendre de risque, c'est peut-être contagieux, il vaut mieux que je reste ça m'ennuie mais c'est mieux. Tu me traites d'égoïste, comment oses-tu dire ça ? Moi qui suis malheureux et triste et j'ai même pas de home-cinéma.

On s'en fout, on n'y va pas, on n'a qu'à se cacher sous les draps, on commandera des pizzas, toi la télé et moi, on appelle, on s'excuse, on improvise, on trouve quelque chose, on n'a qu'à dire à tes amis qu'on les aime pas et puis tant pis.

Maritie Et Gilbert Carpentier

Déjà lavé en pyjama… qui me gratte, dans la télé des Claudettes… en grappe, parce que demain y'a pas école, Mike Brandt, Sacha Distel. Play-back et pattes d'éléphant, rouflaquettes et costumes blancs, ils avaient des beaux habits qu'ils doivent regretter amèrement aujourd'hui. Ils portaient bien la moustache, dans des décors pas encore kitch, micro tenu du bout des doigts, en éloignant le fil d'un geste du bras.

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l'émission va commencer, Maritie et Gilbert Carpentier.

Quelques décors pour faire Broadway, un réverbère, un cabaret, un faux saloon c'est l'Amérique, et des trucages préhistoriques. Ils s'appelaient presque tous Michel, Polnareff, Jonasz, Delpech, Michel Fugain, Michel Berger, et Michel le Forestier.

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l'émission va commencer, Maritie et Gilbert Carpentier.

Y'avait tellement d'applaudissements, qu'on dirait une émission d'maintenant, ambiance fox-trot, Sylvie Vartan et des danseurs partout tout l'temps. Quand ils se trompaient de caméra, un petit tour et les revoilà. Le doigt vers l'objectif : je chante pour toi, on a tout à apprendre de Claude François.

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l'émission va commencer, Maritie et Gilbert Carpentier.

Puis défilait le générique qui annonçait le moment tragique :
“les enfants allez vous coucher”, impossible de négocier, je sais, j'ai essayé…

Maritie et Gilbert Carpentier sont heureux de vous présenter, attention l'émission va commencer, avec les moyens techniques de la SFP !

Quatre Murs Et Un Toit

Un terrain vague, de vagues clôtures, un couple divague sur la maison future. On s'endette pour trente ans, ce pavillon sera le nôtre, et celui de nos enfants corrige la femme enceinte. Les travaux sont finis, du moins le gros œuvre, ça sent le plâtre et l'enduit et la poussière toute neuve.

Le plâtre et l'enduit et la poussière toute neuve.

Des ampoules à nu pendent des murs, du plafond, le bébé est né, il joue dans le salon. On ajoute à l'étage une chambre de plus, un petit frère est prévu pour l'automne. Dans le jardin les arbres aussi grandissent, on pourra y faire un jour une cabane.

On pourra y faire un jour une cabane.

Les enfants ont poussé, ils sont trois maintenant, on remplit sans se douter le grenier doucement. Le grand habite le garage pour être indépendant, la cabane, c'est dommage, est à l'abandon. Monsieur rêverait de creuser une cave à vins, Madame préfèrerait une deuxième salle de bain.

Ça sera une deuxième salle de bain.

Les enfants vont et viennent chargés de linge sale, ça devient un hôtel la maison familiale. On a fait un bureau dans la p'tite pièce d'en haut, et des chambres d'amis, les enfants sont partis. Ils ont quitté le nid sans le savoir vraiment, petit à petit, vêtement par vêtement.

Petit à petit, vêtement par vêtement.

Ils habitent à Paris des apparts sans espace, alors qu'ici il y'a trop de place. On va poser tu sais des stores électriques, c'est un peu laid c'est vrai, mais c'est plus pratique. La maison somnole comme un chat fatigué, dans son ventre ronronne la machine à laver.

Dans son ventre ronronne la machine à laver.

Les petits enfants espérés apparaissent, dans le frigo, on remet des glaces. La cabane du jardin trouve une deuxième jeunesse, c'est le consulat que rouvrent les gosses. Le grenier sans bataille livre ses trésors, ses panoplies de cow-boys aux petits ambassadeurs, qui colonisent pour la dernière fois la modeste terre promise, quatre murs et un toit. Cette maison est en vente comme vous le savez, je suis, je me présente, agent immobilier. Je dois vous prévenir si vous voulez l'acheter, je préfère vous le dire cette maison est hantée. Ne souriez pas Monsieur, n'ayez crainte Madame, c'est hanté c'est vrai mais de gentils fantômes. De monstres et de dragons que les gamins savent voir, de pleurs et de bagarres, et de copieux quatre-heures, “finis tes devoirs”, “il est trop lourd mon cartable”, “laisse tranquille ton frère”, “les enfants : à table !”.

Écoutez la musique, est-ce que vous l'entendez ?

Bruxelles

Je n'avais pas de cadeau pour t'offrir à Noël, j'en voulais un très beau, j'ai pensé à Bruxelles. Offrir une ville c'est vaniteux, je le reconnais mais j'm'en fous, parce que c'est quand même mieux que de rien offrir du tout. Tu te serais contentée d'un cadeau moins tape-à-l'œil, d'un livre ou d'un CD, d'une paire de boucles d'oreilles. Mais dans une bague ou un collier, je te mets au défi de faire entrer sans les casser Saint-Josse et la gare du Midi.

Alors Bruxelles je te la donne, mais faut l'dire à personne, ça menacerait la couronne et j'ai donné ma parole d'homme, qui vaut ce qu'elle vaut.

Il a fallu que le roi s'en mêle, il disait à court d'arguments, c'est ma capitale, bordel ! Et ce n'est pas un présent ! J'ai dit mon King je vous arrête, Bruxelles est un joyau, nous sommes en période de fête, c'est idéal comme cadeau. Il s'entêtait dans son refus, je l'ai d'ailleurs trouvé têtu, il disait c'est pas à toi et tu peux pas l'offrir comme ça. Bruxelles est aux Bruxellois, c'est entendu j'ai dit au roi, mais ils n'en sauront rien, ce sera notre secret mon Cher Souverain.

Alors Bruxelles je te la donne, mais faut l'dire à personne, ça menacerait la couronne et j'ai donné ma parole d'homme, qui vaut ce qu'elle vaut.

Moi qui suis roturier - c'est mon seul titre de noblesse - je voudrais négocier, soyez cool Votre Altesse. Le Roi qui est un gentleman a étudié la question, comme c'est pour une dame, j'vais t'faire une proposition. Bien entendu, m'a-t-il dit, tout ça ne sort pas d'ici, mais en échange je veux Paris, en dessous de quoi j'gagne pas ma vie. Sans hésiter j'ai répondu, c'est d'accord marché conclu, avec vous Messire faire des affaires c'est un plaisir.

Alors Bruxelles je te la donne, mais faut l'dire à personne, ça menacerait la couronne et j'ai donné ma parole d'homme, qui vaut ce qu'elle vaut.

Laisser un commentaire